Accueil . Dossier thématiques . Dossiers techniques . Bien installer, maintenir et utiliser votre balise de détresse

Bien installer, maintenir et utiliser votre balise de détresse

Posted on

balise de détresse EPIRBDans un article précédent nous avons présenté la balise de détresse type EIPRB ainsi que le système Cospas Carsat et l’Agence Nationale des Fréquences. Si vous êtes convaincus de l’utilité d’une telle balise de détresse à bord de votre bateau, vous allez peut être franchir le pas et vous en procurer une. Nous vous proposons donc maintenant de découvrir quelques conseils pour bien utiliser votre balise de détresse, la déclarer, l’installer sur votre bateau et l’utiliser.

Enregistrer votre balise de détresse à l’ANFR

Il est facile d’enregistrer en ligne votre balise depuis le numéro MMSI que vous avez au préalable obtenu pour votre VHF.

En effet, les fréquences radioélectriques appartiennent au domaine public de l’État. Celui-ci a confié des missions de planification, de gestion des émetteurs, de contrôle et enfin de délivrance de certaines autorisations ou licences , certificats radio, dont nos balises de détresse EPIRB, à ne pas confondre avec les balises individuelles PLB qui ne possédent pas  de GPS mais fonctionnent par la VHF.

En quelques clics sur  le site de l’ANFR, vous enregistrez votre balise grâce à son numéro d’identification et vous recevrez par courrier la licence à jour. Il s’agit du document unique propre à votre bateau, qui comporte déjà votre VHF, au qui est complété par votre balise.

Installation de votre balise à bord d’un SR ou d’une petite embarcation

Par définition la balise EPIRB doit être accessible immédiatement, mais pas ne doit pas constituer une gène lors de la circulation à bord.

Elle doit être au minimum à 1 m du compas et 50 cm de tout aimant puissant.

Il est possible d’avoir un boitier qui la largue automatiquement la balise en cas de naufrage grâce à un système hydrostatique, cela est aussi valable pour les radeaux fixés sur le pont. Sur des petites unités ces systèmes sont toutefois rares.

Lorsque cela est possible, nous vous recommandons une installation sur le rollbar, endroit  accessible par tous et qui permet d’utiliser la balise à posten en étant à 1,50 m du niveau de la mer la balise a une meilleure portée.

En cas d’avarie on sort la balise de son support, l’antenne se déplie ou on l’aide suivant les modèles et on brise la languette de sécurité rouge. Les leds vertes clignotent  pour un système avec GPS ainsi que le feu à éclats.

Si on l’emporte à la mer, la balise flotte et possède un bout de 2,00 m, son immersion  la déclenche également après 2 secondes. Retirée de l eau son signal s’arrête après 8 secondes, 3 Feux à éclats et une pause de 50 secondes.

La balise émet un signal alternativement sur 406MHz (Satellites), et 121,5MHz ( VHF), en continu, elle a 48 heures d’autonomie voire plus. Si vous êtes en difficulté à plus de 48 heures de secours (Atlantique, Pacifique) il faut couper son émission pour prolonger sa durée de vie et rallumer régulièrement celle-ci , le mieux étant à heure fixe cela indique aux secours que vous êtes actif. Maintenir une veille attentive, le premier signe vient souvent du ciel, à ce moment remettre en service depuis l’interrupteur.

Elle est livrée par le fournisseur avec une étiquette  reprenant le nom du navire et son MMSI pour faciliter l’identification par les secours une fois sur place.

En cas de vol de votre balise, signalez le à AFNR immédiatement.

Fausses alertes

En cas de déclenchement non intentionnel, il faut éteindre immédiatement la balise et avertir par le 16 les secours qui demanderont son N° d’identification  et la cause de l’activation accidentelle.

Si on ne peut l’éteindre (défaut) il faut l’emballer dans un film alu et la mettre dans un coffre métallique fermé durant 3 jours afin de couper la propagation du signal radio qu’elle émet.

Transport, stockage a bord

Compacte et avec un poids de 750g, votre balise de détresse n’est pas fragile sauf l’antenne dans son collier Carrysafe. On peut la glisser dans un tube PVC de 160 mm sur 300 de hauteur, pour la maintenir à l’abri de l’eau afin d’éviter un déclenchement intempestif dans un fond de coffre. La balise peut être transportée sans risque à bord d’un avion, y compris dans un bagage a main.

Test mensuel

Une balise de détresse a une durée de vie de 5 ans. On  recommande de réaliser un test mensuel, chaque mois à une heure pleine. C’est un auto-diagnostic de batterie (garantie 6 ans), le test peut se faire sans entrainer une usure anormale de la batterie. De plus le système confirmera son bon état de fonctionnement.

Test signal GPS

On procède de la même façon que ci-dessus mais un maximum de 10 fois sur 5 ans afin de ne pas affaiblir la batterie. A l’achat on vérifie l’acquisition des satellites, ensuite si on change de zone de navigation (emport en voyage pour un autre bateau) on s’assurera que la balise s’initialise de nouveau.

Revente de la balise

En cas de revente de votre balise, il faut avertir l’ANFR, tout comme pour une VHF.

 

Mise au rebut

La mise au rebut impose l’information auprès de l ANFR et la dépose de la batterie pour un recyclage dans les normes auprès du distributeur.

En espérant que vous n’en ayez jamais besoin cette balise avec GPS est la garante de votre sauvetage rapide en mer que vous soyez proche comme loin des côtes, le prix entre 350 et 450€ est sans égal pour la valeur d’une vie .

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top